Une page se tourne. Voilà désormais 3 ans, 5 mois et 7 jours que L’Alter Ego existe mais il est temps pour notre rédaction de se retirer.

Tout commence le 1er juin 2017 lorsque Tristan Vartanian, Louis Pasquier, Nicolas Pereira et leurs amis décident de donner vie à L’Alter Ego. Leur ambition est de donner une totale liberté d’expression à de jeunes citoyens afin que leurs mots pèsent et soient entendus dans le débat public. L’Alter Ego prend alors la forme d’un site internet développé par Datagif et est édité par la société de presse qu’ils ont fondé, l’Agence Presses Jeune.

Dès ses débuts, nous avons souhaité professionnaliser notre média. Un important travail collectif au sein de notre rédaction et l’expertise de nos partenaires nous ont permis de définir un modèle économique viable et innovant. Vous trouverez notre projet de refonte en détails ici. Malheureusement, faute de financements, nous n’avons pas pu le mettre en oeuvre ni même l’éprouver.

Bien que déçus de ne pas avoir pu développer L’Alter Ego autant que nous le souhaitions, nous avons accompagné 190 contributeurs de moins de 25 ans originaires de toute la France et parfois même de l’étranger. Ces jeunes se sont exprimés au travers de 613 articles, consultés près de 325 000 fois. Voilà l’humble bilan de cette aventure.

Et c’est à ces jeunes que nous dédions nos premiers remerciements. Sans eux, sans leurs idées, sans leur confiance, sans leur esprit d’initiative, L’Alter Ego n’aurait jamais existé. Ces jeunes ont des visages et des identités variés. Ils s’appellent Florine, Johan, Louise, Théo, Naomi, Nicolas, Pauline, Joseph, Juliette ou encore Maxime. Une totale liberté de ton, de support et de formats leur ont toujours été accordé. Ils ont aussi bien produits des articles, des podcasts, des photos, des vidéos, des playlists ou encore des billets d’humeur. Merci à chacun et chacune d’entre eux. L’Alter Ego ne les oubliera pas. Jamais.

Par ailleurs, L’Alter Ego n’aurait pu autant développer son activité sans les partenaires qui l’ont accompagné depuis sa création. Qu’ils en soient tout autant remercié. Merci à Datagif qui a cru en notre initiative dès ses débuts et nous a conseillé tout au long de notre croissance. Merci au Ministère de la Culture de nous avoir accordé une bourse émergence en novembre 2017. Merci à Paris & Co d’avoir incubé notre projet durant 6 mois au sein de son programme Mediastart dont L’AFP, l’INA, le CELSA et la BnF étaient partenaires. Merci à la Commission paritaire des publications et des agences de presse (CPPAP) d’avoir reconnu L’Alter Ego comme un service de presse en ligne d’information politique et générale en juin 2018. Merci enfin au Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (SPIIL) pour ses formations et ses précieux conseils.

Merci aussi à nos lecteurs et lectrices qui ont consulté, partagé, discuté nos publications et soutenu notre démarche.

Après ces remerciements, vient le temps des explications. Différentes raisons expliquent l’arrêt de la publication de notre média que nous chérissions tant. En voici quelques unes. Tout d’abord, il s’est avéré extrêmement difficile de professionnaliser un média dont le coeur de la rédaction est composé d’étudiants bénévoles et volatiles malgré le total dévouement et la qualité d’engagement de bon nombres d’entre eux. Ensuite, malgré nos efforts, nous n’avons pas trouvé les financements nécessaires au développement de notre projet de refonte. À noter néanmoins que grâce à la cotisation mensuelle des membres de notre rédaction fixée à 5 euros par mois, L’Alter Ego parvenait à s’autofinancer. Enfin, la première génération des fondateurs de notre média, aujourd’hui sur le point d’entrer dans le monde du  travail, n’est pas parvenue à transmettre ses compétences à la génération suivante.

Chers lecteurs, chères lectrices, sachez que tous les contenus publiés depuis 2017 sur notre site internet resteront intégralement accessibles au public de manière à laisser un témoignage des préoccupations des jeunes citoyens qui ont participé à cette merveilleuse aventure que fut L’Alter Ego.

(Re)découvrez nos articles les plus consultés

  1. Du sang et de l’espoir : l’endométriose, une question de société par Enzo Villalta
  2. Pourquoi les hommes ne peuvent ils pas être féministes par PLB
  3. L’avortement pour ou contre ? par Chloé Martin
  4. Entretien avec Aurélien Barrau par Johan Maviert 
  5. On dit noir, pas black par Naomi KNS