Suite au confinement provoqué par l’épidémie COVID-19,  L’Alter Ego vous propose une petite parenthèse portant sur le roman graphique : qu’est ce qu’un roman graphique ? Lesquels consulter en lignes, lesquels commander en urgence, histoire de s’occuper intelligemment, cloîtré dans un studio de 9m carrés ? 

Réfugiez-vous dans la lecture !

Un roman graphique ?

Un roman graphique, c’est tout simplement un roman en image, Rodolphe Töpffer, créateur de la bande dessinée dans les années 1830 parle de « littérature en estampes  ». Ce qui définit particulièrement le roman graphique c’est son irrégularité, il connaît de multiples formes et, son caractère est assez libre, contrairement aux classiques comics. Ainsi, la BD a longtemps été en France le synonyme d’un album divisé en cartons d’un ensemble de 48 pages, équivalent du comic books présent au États-Unis. Le roman graphique offre une diversité esthétique mais également de nombreuses thématiques. Si souvent, la bande dessinée est assimilée à l’humour, à la farce, à l’imaginaire, le roman graphique semble apporter ses lettres de noblesse au neuvième art.

Ce vaste débat – plus ou moins intéressant – de savoir si le roman graphique est une bande dessinée ou non, semble dépendre des cultures, mais aussi des représentations. Toutefois, malgré son institution dans des musées et, des festivals, de Bruxelles à Angoulême, la BD semble encore, être perçue par une frange de la société comme un livre pour enfants ; ce qui au vue de la diversité des choix existants dans ce domaine semble être une aberration.

Figures modèles et romans graphiques

Ces dernières années, énormément de thèmes, notamment celui de la place des femmes et du combat féministe, ont été abordés par le roman graphique. Des autrices et dessinatrices notamment comme Liv Strömquist, font de leurs fictions des véritables armes féministes. Un vrai mouvement est né autour de la représentation des femmes dans ce genre, à commencer par le développement impressionnant des biographies de grandes figures féminines. Ce genre, s’est comme emparé de la question de la visibilité des femmes, des personnes discriminées, et plus largement des minorités. Il vient mettre en lumière des histoires de vie, des parcours, et c’est finalement ce qui est le plus appréciable : se retrouver ou non. Un personnage anodin peut devenir une référence. Des thèmes comme la confiance, la dépression sont abordés avec de la douceur et de la justesse. On retrouve des héroïnes arabes, noires, avec des cheveux crépus, bouclés, on retrouve des transgenres : les possibilités de représentations sont infinies et sans limites, sans normes sociétales. Et surtout : on représente la normalité, des héros qui sont juste des humains. 

La rédaction culture de L’Alter Ego vous propose une sélection de romans graphiques : certains qui retracent l’histoire de figures modèles, d’autres qui viennent aborder des grands moments de de l’humanité : de la guerre à la création du roman.

« Les trois vies de Hannah Arendt » – Ken Krimstein 

Ken Krimstein, dessinateur pour le New Yorker et le Wall Street Journal revient sur le parcours d’une grande philosophe du XXe siècle : Hannah Arendt, en découpant sa vie en trois parties. C’est l’histoire de l’émancipation d’une femme intellectuelle juive, dans le contexte de la montée du nazisme. On suit à la fois la jeune allemande dans sa vie étudiante, dans ses premières réflexions, ainsi que dans ses rencontres avec des intellectuels, libres penseurs et artistes de l’époque, mais également dans un des plus grands procès du XXe siècle, Eichmann à Jérusalem. La puissance du roman est bien de parvenir, par les dessins verdâtres, des illustrations, à retracer une pensée philosophique dans un contexte si particulier.

« Appelez-moi Nathan » – Quentin Zuttion et Catherine Castro

« Appelez-moi Nathan » reste un choc de lecture. Quentin Zuttion et Catherine Castro illustrent avec perfection l’histoire de vie de Lila, devenue Nathan. Un roman graphique autobiographique court et bien fait d’un jeune transgenre. On peut suivre les étapes d’un parcours presque initiatique de la transformation des genres. Quentin Zuttion et Catherine Castro abordent un thème lourd, avec tant de simplicité, autant sur le fond que la forme : une preuve de génie. 

Et cette double page sur la chirurgie, sur la transformation, sur le fait de se trouver, d’être qui l’on est réellement, qui s’opère au milieu du roman graphique, est incroyable. 

Lisez « Appelez-moi Nathan ».

« Augusta » – Sanäa K

En contexte de confinement, on vous conseille fortement d’aller regarder les romans graphiques disponibles sur internet. « Augusta », un partenariat entre Sanäa K et la marque Nike est notamment disponible sur le blog de l’illustratrice. L’illustratrice déjà connue pour « Le Silence des Étoiles » aux éditions Marabout, ici « Augusta » raconte l’histoire de trois jeunes femmes banlieusardes, leurs conflits, leur amitiés, leurs défis. On y suit le quotidien de l’adolescente éponyme et de ses deux meilleures amies. En partenariat avec Nike, ce roman graphique revient sur la thématique du sport comme exutoire, notamment pour les adolescentes qui voient leur corps évoluer. 

Accessible et gratuit, « Augusta » se dévore. Comme à chaque fois avec Sanaä K, on s’attache à ses personnages. En terme de représentations, cette illustratrice joue avec brillance sur la carte de la diversité : il devient facile de faire des parallèles entre soi-même et les personnages du roman graphique.

En cette période de confinement, rester concentré sur ses études est difficile. La paresse et la procrastination n’aident pas. Le roman graphique semble être une solution ludique et pédagogique : C’est une autre façon d’appréhender les matières scolaires, universitaires. Ainsi on peut trouver notamment des romans graphique sur l’histoire, la philosophie, la littérature. C’est un nouveau modèle éducatif. Certains ouvrages faisant parfois mieux leur travail que des manuels scolaires.

«  Histoire dessinée de la guerre d’Algérie  » – Benjamin Stora

Véritable perle historique, ce roman graphique dépeint avec exactitude les deux mémoires de la guerre d’Algérie : la mémoire française de la guerre, et celle algérienne de la décolonisation. Benjamin Stora, historien, revient sur le travail et le rôle du chercheur, sur la multitudes de sources et d’acteurs existants sur le sujet. L’illustration joue ici un véritable rôle et l’histoire se comprend mieux : on visualise le Fellagha, l’espoir des populations, les désenchantements. La question de l’objectivité est posée, et la lecture permet de mieux équilibrer nos représentations, en tant que français, algériens, descendants de pieds noirs, juifs, enfants et petits enfants de Harkis ou d’appelés à la guerre… La lecture permet d’avoir un regard plus externe sur la colonisation et le processus de décolonisation.

« Le Banquet » Raphaël Enthoven et Coco 

L’essayiste Raphaël Enthoven propose une version accessible d’un des dialogues fondateurs de la Philosophie. Ce roman graphique permet d’éclairer les différentes visions de l’amour exposée par Platon à travers les personnages que sont Socrates, Alcibiades, Diotima et bien d’autres. L’illustration décomplexée que fait Coco des grands penseurs apporte de la légèreté et de l’humour à ce texte essentiel.

« La princesse de Clèves  » Claire Bouihac et Catel

Si le roman de Madame de la Fayette est assez facile à lire, la version proposée ici par Claire Bouilhac et Catel est un véritable objet de collection. Il respecte la narration de Madame de la Fayette, tout en proposant une esthétique douce. Ce roman initiatique peut paraître moins ennuyeux grâce à l’illustration. 

Ce qui fait la force du roman graphique dans l’apprentissage, c’est réellement une vulgarisation par le dessin : de concepts, de moments, de dialogues qui sont complexes.

S’achève ainsi, cette sélection éclectique qui vous permet de choisir le roman graphique qui répond à vos envies, à vos besoins et surtout qui occupe pendant cette période de confinement. Une sélection qui se veut assez large, et qui contribue à éveiller la curiosité pour ce qui nous entoure, et pour les humains dans un contexte d’isolement social. Pour se procurer ces livres, la rédaction vous invite fortement à consulter sur internet, certains étant accessibles en livres numériques !