Chaque soir, le rendez-vous est donné. Il est 20 heures, c’est le moment de se retrouver à nos fenêtres pour applaudir le personnel soignant et toutes celles et ceux qui permettent à nos vies de ne pas s’arrêter. Depuis les balcons, des applaudissements fusent dans les différentes rues du pays pour dire merci à ces personnes qui risquent leur vie pour sauver celle des autres.

Mosaique de medecins chefs de services demissionaires. Paris, France – 14 fevrier 2020 – © Ugo padovani / APJ / Hans Lucas

Merci à l’ensemble du personnel soignant, sans lequel nous ne pourrions faire face à cette crise sanitaire, touchant la France, mais également le monde entier. Certains se mobilisent bénévolement, enchaînant les gardes par solidarité et dévouement. Celles et ceux qui se battaient hier pour plus de moyens, sans obtenir gain de cause, sont aujourd’hui en première ligne pour soigner les malades, au péril de leur santé et de leur vie. Au péril, aussi, du manque de matériel, et plus particulièrement de masques. La dernière enquête de Médiapart sur le sujet révèle l’impréparation du gouvernement quant aux stocks de masques ainsi qu’à leur utilisation.

Après ce moment particulier, il faudra réfléchir à un moment de perpétuer cette solidarité.

Merci à celles et ceux, chaque jour sur le front, dont le travail a été invisibilisé et qui assurent la pérennité de nos vies. Beaucoup de personnes se sont rendues compte ces derniers temps de l’importance de certains métiers : technicien.ne.s de laboratoire, enseignant.e.s, caissier.e.s, chauffeur.e.s routiers, facteur.trice.s, éboueur.euse.s, personnels de nettoyage et tou.te.s les autres. Il aura fallu une dramatique situation de crise pour que tou.te.s vous regardent. Espérons qu’après cette crise, leur travail et leurs efforts ne soient pas oubliés, effacés et qu’enfin leurs revendications soient entendues.

Samedi 11 Avril 2019, covid 19, ouverture du marche de Charenton le Pont sous haute surveillance – © Juliette Pavy / APJ / Hans Lucas

Merci à l’ensemble des bénévoles qui continuent d’aller aider les personnes qui en ont certainement le plus besoin : les sans domicile fixe, les personnes précaires, les personnes seules, les personnes âgées et tou.te.s les autres.Il faut se rappeler qu’en ces temps difficiles, on revient à l’essentiel : le lien entre nous et l’importance de la solidarité. Après ce moment particulier, il faudra réfléchir à un moment de perpétuer celle-ci. 

Avec cette crise sanitaire, opérons un retour à l’humain.

Cette crise sanitaire pose le constat criant de l’importance d’une remise en question globale de notre perception du monde dans lequel nous évoluons quotidiennement. De nombreuses professions sont indispensables à la bonne marche de notre société. Nous souhaitons ainsi remercier et faire part de toute notre admiration à ces métiers de l’ombre, mais surtout aux personnes qui les exercent chaque jour, et permette à nous tou.te.s de vivre convenablement.

Avec cette crise sanitaire, opérons un retour à l’humain. Notre manque de considération à l’égard de ces métiers et des personnes qui les exercent est anormal. L’ensemble des applaudissements qui ont lieu chaque soir à 20 heures dans nos rues, doivent avant tout résonner comme une résolution : celle de ne plus jamais déconsidérer ces métiers qui nous sont indispensables.

Continuons, chaque soir, à applaudir à nos fenêtres et à dire MERCI à toutes celles et ceux présents pour nous sauver. Rappelons-nous que nous sommes peut-être seuls, mais tous ensemble !