L’Alter Ego a rencontré Augustin Baconnet et Marc Leblanc, deux jeunes étudiants qui ont pris le pari fou de parcourir la France cet été à vélo à la découverte des territoires et des entreprises innovantes engagées pour le climat. Découvrez l’aventure Vélodyssée de France !

Votre projet allie à la fois la découverte d’entreprises et sensibilisation à l’écologie. Vous pensez que cette alliance est possible ?

A.B. : « Les entreprises que nous avons à cœur de promouvoir avec Marc sont aussi bien engagées dans le développement durable, que dans le savoir-faire traditionnel et les nouvelles technologies. Souvent, ces entreprises conjuguent ces trois engagements en même temps, il ne faut surtout pas les mettre en opposition. Le développement durable c’est aussi lié aux savoir-faire et aux nouvelles technologies. Ce que nous souhaitons montrer, c’est comment une entreprise peut à la fois avoir à cœur de préserver l’environnement local, de s’inscrire dans une lutte contre le réchauffement climatique et en même temps de préserver les savoir-faire traditionnels et utiliser au maximum les nouvelles technologies. Mettre en opposition ces engagements, c’est souvent le problème. Quand on sollicite des médias pour faire parler du projet, on dit de nous : « voilà, ce sont deux jeunes qui veulent réaliser un Tour de France bobo, écolo, pour rencontrer des initiatives durables ». Ce n’est pas ça ! Avec VDF, on souhaite juste montrer quelles sont les entreprises qui s’engagent dans ces trois domaines. Ce n’est pas parce qu’en ce moment, on lit peut-être davantage d’articles sur le réchauffement climatique, qu’il faut pour autant négliger tout le reste. »

© Vélodyssée de France

L’incarnation de la jeunesse dans votre action, c’est évidement vous ! Est-ce qu’elle se manifeste autrement ?

M.L. : « Évidemment la jeunesse, ce n’est pas simplement nous. C’est nous bien sûr parce qu’on est une équipe d’étudiants et qu’on a tous 19 ans. Mais VDF, c’est aussi mettre la lumière sur les jeunes qui s’engagent en France. Je pense par exemple à un éleveur qu’on va voir dès la première semaine. Il s’appelle Pierre-Antoine, il a 28 ans et il est éleveur de bœufs de Bazas. C’est un exemple parmi tant d’autres qui montre que la jeunesse peut s’engager. Nous sommes les porte-parole de cette jeunesse engagée et on aime montrer tous ces jeunes qui s’engagent en France, qui sont fiers de leur pays et fier de leur action. »

© Vélodyssée de France

Votre association réalise-t-elle d’autres actions en parallèle de ce Tour de France des entreprises ?

M.L. : « Évidemment, le cœur du projet c’est ce Tour de France l’été prochain, mais pas seulement. C’est aussi beaucoup de travail en amont. On travaille 3 heures par jour avec Augustin depuis 1 an pour préparer cela : lever des fonds, contacter les entreprises, réaliser notre préparation sportive. C’est beaucoup de travail ! En plus de cela, il y a des événements divers qui vont arriver pendant l’année, notamment la montée de l’Alpes d’Huez si nos cuisses nous le permettent ! Il y aura aussi la diffusion d’un court-métrage après le Tour dans des écoles, des universités, des salles de cinéma évidemment et si l’avenir nous le permet au Grand Rex, ce serait un rêve d’enfance ! »