L’Alter Ego souhaite vous faire découvrir de jeunes passionnés qui se sont engagés dans des associations et qui portent la voix de la jeunesse. Antonin est l’un d’entre eux. Il a choisi de s’engager pour votre sécurité tout au long de l’année à la Protection Civile (PC). Voici son témoignage.

Antonin Ménagé © PCPS
Antonin Ménagé © PCPS

Pourquoi la PC ?

À l’origine de l’aventure, le casse-tête annuel du célébrissime job étudiant, que l’on ne présente plus. Je m’étais alors mis en tête de devenir sauveteur en mer afin d’allier vacances et travail d’été. Cependant, ce titre requiert l’obtention de deux diplômes avant de commencer : celui de Premiers Secours en Équipe de niveau 1 (PSE1) ainsi que le Brevet National de Sauvetage et de Sécurité Aquatique (BNSSA). Le début d’un long périple…

300€

Du jour au lendemain, je décide finalement de sauter le pas : mes parents m’inscrivent à la formation PSE1. Cette formation d’une semaine, coûtant autour de 300€, donne lieu à la remise d’un diplôme d’État, et reconnait au stagiaire la qualité de « secouriste  ».

Une aventure qui allait changer ma vie

C’est donc par pur hasard que j’ai choisi la Protection Civile Paris Seine (PCPS) pour me former… Bien mal m’en a pris car, à peine un mois après, je m’engageais au sein de l’association pour une aventure humaine qui allait changer ma vie. À tout juste 17 ans, me voilà secouriste bénévole à la Protection Civile !

Les missions réalisées

© PCPS
© PCPS

La Protection Civile Paris Seine est une association loi 1901 à but non lucratif, qui recense à ce jour près de 700 bénévoles sur l’ensemble de Paris et la petite couronne. À l’échelle de la France, cela représente quelques 32 000 engagés !

La PCPS est spécialisée dans trois grands domaines d’activité, comme le rappelle la « devise » de l’association :

Aider, secourir, former

Les actions solidaires et sociales, le secourisme et la formation sont les trois piliers de l’association. Ces compétences font des bénévoles de véritables couteaux suisses, capables d’intervenir dans des situations complexes nécessitant une forte capacité d’adaptation.

Plus spécifiquement, nos missions sont :

    • L’aide solidaire et sociale, qui se partage en deux formes d’actions : les maraudes auprès des plus démunis (une dizaine sont effectuées dans tout Paris chaque semaine) et le soutien aux populations en cas de sinistre (incendie, crue, accident de train, catastrophe naturelle…). La PCPS possède une capacité de projection permettant aux bénévoles de réagir à un grand nombre de situations de crise dans des délais records.
    • Le secourisme est la plus importante partie de l’activité de l’association. La PCPS est une association autonome financièrement. La principale source de revenus est tirée des dispositifs prévisionnels de secours, permettant aux bénévoles de travailler dans de bonnes conditions (achat de nouveaux matériels, nouvelles ambulances, etc.). En plus des postes de secours, la Protection Civile Paris Seine a établit des conventions avec la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris (BSPP) et le SAMU de Paris. Cela permet aux bénévoles d’effectuer régulièrement des gardes et d’ainsi soulager les services de secours publics, souvent très occupés. Ce type d’activité de prompt secours est spécifique à Paris. Par ailleurs, la nature des interventions change bien souvent de ce que les secouristes rencontrent sur les postes de secours plus classiques. En effet, lors des gardes, les engins de la PCPS (véhicules de premiers secours) remplacent les VSAV (véhicule de secours à victime) de la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, c’est-à-dire qu’ils prennent le départ sur toutes les interventions de secours à victime. Les interventions et les lieux sont plus variés.
    • Enfin, la formation constitue le dernier pilier de la PCPS. L’association compte des dizaines de formateurs capables d’enseigner le secourisme à travers divers diplômes : Premiers Secours Civiques de niveau 1, PSE1, PSE2, SST, etc. Nos formateurs enseignent aussi bien au grand public qu’aux professionnels, ainsi qu’aux futurs secouristes de la PCPS, comme ce fut mon cas.

Avantages et inconvénients

© PCPS
© PCPS

Un engagement bénévole à la PCPS n’est évidemment pas une chose à prendre à la légère. Cela dépend du niveau d’investissement de chacun. Certains bénévoles, comme les personnes retraités ou sans emploi, disposent d’énormément de temps à consacrer à l’association, d’autres moins. Je me situe parmi ceux qui ont choisi de donner beaucoup de leur temps, malgré les études que je suis (double licence Histoire-Science politique à la Sorbonne). La vie au sein du secourisme associatif me passionne et j’y ai réellement trouvé une seconde famille. Depuis l’obtention de mon PSE1, j’ai également validé mon PSE2, ce qui m’a permis de devenir chef de poste. Cette expérience m’a permis de gagner considérablement en maturité, étant confronté à une face de la vie particulièrement cruelle et difficile, face qu’en tant que jeune adulte de 18 ans, on ne voit pas forcément au premier coup d’oeil. Trois mois seulement après avoir obtenu ma majorité, j’ai eu à prendre en charge, avec une autre jeune secouriste de mon équipe, une victime en arrêt cardio-respiratoire, à l’occasion de la course des 20 kms de Paris. Certaines interventions ne sont donc pas anodines, elle placent pour un court instant la vie de nombreuses personnes entre nos mains, ce dont il est primordial d’être conscient. 

J’encourage les jeunes à faire de même

Comment ne pas souhaiter à n’importe qui de vivre pareille aventure humaine ? L’engagement bénévole à la Protection Civile Paris Seine (ou ailleurs en France) est quelque chose que je recommande et que j’encourage. Le monde du secourisme, par sa difficulté, sa cruauté, n’est pas à la portée de tout le monde. Cependant, il devient très vite difficile de le quitter si on y fait pour. On y trouve, à force de le côtoyer, une vraie famille. Au bout de presque 2 ans, il m’est maintenant évident que je l’ai trouvée. Au delà de la Protection Civile et de l’engagement secouriste, le monde associatif possède pour moi une ADN d’une diversité incroyable : il permet de mélanger et de réunir, dans un but commun, des personnes de tous les horizons culturels, sociaux et économiques, de niveaux d’études et d’âge très différents. Sans cette base commune que j’ai choisie qu’est le secourisme, tous ces bénévoles n’auraient eu que très peu de chances de se rencontrer et de nouer des relations, essentielles dans cette activité. C’est cela qui permet d’acquérir très vite cette maturité personnelle, en plus de la charge émotionnelle de certaines interventions, qui procurent il faut bien le dire beaucoup d’adrénaline. C’est une expérience qu’on ne trouve nulle part ailleurs : quand on entre très jeune dans l’association (à partir de 16 ans), on est amené à évoluer dans un milieu qui rassemblent des personnes plus âgées que nous (entre 20 et 30 ans en moyenne), avec qui, par dévouement et passion, on finit par lier de véritable amitiés.

C’est donc un monde particulier que celui du secourisme, mais c’est une aventure que je souhaite à tous ceux qui liront mon témoignage. 

Pour plus d’informations sur la Protection Civile, à Paris et en France, et sur la marche à suivre pour devenir bénévole, c’est par ici.

image de couverture : © Protection civile paris seine