Le 1er Juin 2017, le monde musical célébrait les 50 ans de l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles. Autant dire que le mois s’annonçait fou. Et entre sortie d’albums, de titres, de clips, de teasers et de rééditions juin fut riche ! Voici donc un petit résumé de ce qu’a retenu la rédaction musicale du mois dernier pour le premier volume de la playlist éclectique de L’Alter Ego.

Les sorties d’albums :

Phoenix

Quatre ans après Bankrupt !, le quatuor français fantasme l’Italie dans son nouvel album, Ti Amo. Après avoir terminé sa tournée, le groupe se pose à la Gaîté Lyrique, une salle parisienne, afin d’enregistrer son album. Inconsciemment, les titres qu’ils enregistrent ont pour fil rouge l’Italie, celle de leur enfance (les pères de Laurent Brancowitz et Christian Mazzalai sont italiens). C’est donc une musique naïve et innocente qui ressort des enregistrements. Le titre Ti Amo en est le parfait exemple. Cette insouciance provient du lieu d’enregistrement. Depuis Paris, l’Italie peut être imaginée, re-visitée un peu comme Week-end à Rome d’Etienne Daho.

Disiz la peste

Rares sont les artistes pouvant se prévaloir d’une carrière de 20 ans dans l’actuel rap français. Disiz la p&este du haut de ses 11 albums est l’un de ceux pouvant se targuer d’une telle longévité. Avec son nouvel opus Pacifique, le rappeur d’Evry nous livre un album sombre, récit autobiographique dépressif, parsemé de quelques saillies lumineuses dont l’excellent Marquises en featuring avec le jeune artiste belge Hamza. L’album allie astucieusement musique rap et électro avec notamment deux productions de Stromae, sur deux des morceaux les plus marquants de l’album: Splash et Compliqué. Bref, un album cloud rap à l’ambiance aérienne, qui n’est pas sans rappeler le phénomène PNL. La vague Disiz est lancée.

Beth Ditto

L’ancienne leader du groupe dance-punk Gossip, Beth Ditto revient ce mois-ci avec son premier album solo Fake Sugar. Et oui Gossip c’est fini ! Après avoir expérimenté l’électro avec des featurings surprenants, comme la reprise du titre Supernature de Ceronne par le groupe français The Shoes, la musicienne revient à ses premiers amours. Lignes de guitare et voix puissante, qu’on lui connaît, se mêlent et s’entremêlent à souhait sur des mélodies pop : la patte Gossip n’est jamais très loin. Pas étonnant quand on sait que l’album a été écrit à l’origine pour le groupe. Mais il s’est vite transformé en une oeuvre plus personnelle. L’artiste fait sonner ses souvenirs d’enfance dans l’Arkansas et les influences avec lesquelles elle a grandi : les petites villes du sud de l’Amérique, et des groupes tel que T-Rex.

La réédition du mois :

Radiohead

A l’occasion des 20 ans de leur album culte OK Computeur le groupe britannique sort une réédition augmentée, rebaptisée OK Computeur OKNOTOK pour l’occasion. Cette réedition contient les 12 titres originaux de l’album en version remasterisée dont les fameux No Suprises et  Karma Police mais aussi les 8 faces B de la réédition de 2009 et enfin trois inédits : I Promise, Man of War et Lift. Ceux-ci ne sont pas totalement inconnus des fans puisque le groupe les jouait déjà sur scène et ce dès 1996 soit avant la sortie de OK Computer. Alors pourquoi ne figurent-ils pas sur l’album originel ? Tout simplement parce que  ces titres  étaient prédestinés à devenir des tubes. Un problème pour les anglais refroidis après la sortie de Creep : leur liberté artistique allait en pâtir.

Les clips du mois :
Mac Demarco

Le mois dernier le dude sortait son quatrième album This Old Dog, un album plus intime tinté de mélancolie. Dans le titre My Old Man l’artiste confie sa peur de ressembler de plus en plus à son père : un homme alcoolique qui a abandonné sa famille. Ce moi-ci Mac Demarco casse, comme à son habitude, la mélancolie de sa musique par l’humour déjanté de ses clips. Dans One Another on le voit, toujours accompagné de ses potes, marchander avec la mort, se grimer au latex et mourir puis ressusciter. Le dude reste cool.

L’impératrice

En attendant l’album prévu pour 2018, L’impératrice nous séduit avec son nouvel EP Séquences. Voilà un titre qui évoque les influences cinématographiques du groupe. Quoi de plus normal  que  s’ensuive alors un clip rendant hommage à la musique du 7ème art. Un bordel, un tueur, des femmes assassinées, huit époques, huit films, des cris, du kitch, le groupe joue avec les clichés du cinéma et de la variété. Lassés d’être catégorisés dans la variété française, L’impératrice la détourne avec Sultans des îles qui renvoie directement au titre Les Princes de la ville de Michel Berger.

Les amis, l’été s’annonce chaud.

La playlist du mois :

image de couverture : © Shirlaine Forrest/WireImage