A Paris, il commence à faire gris et froid, la nuit dure jusqu’au matin et ne laisse place au jour que trop tardivement à votre goût. Vous êtes au bord du fameux nervous-breakdown à cause de ce retour à la monotonie et à la morosité ? J’ai la solution pour vous, avec l’exposition « Comédies Musicales : la joie de vivre au cinéma », qui a lieu jusqu’au 27 janvier à la Philharmonie de Paris. Entre chaleur, musique et bonne humeur, petit tour d’horizon de cet appel à la joie de vivre.

Vue extérieure – Philharmonie © William Beaucardet / Philharmonie de Paris

A peine rentrée dans l’exposition que me voilà nez à nez avec Chantons sous la Pluie. La chanson phare du film est montrée sous toutes ses coutures avec des reprises quelques peu cocasses, comme par dans le film d’animation Robots, réalisé en 2005, ou bien par les Daltons dans le dessin-animé Lucky Luke. La couleur est annoncée : bon enfant, régalant aussi bien les petits et les grands, les amateurs de comédies et les novices, l’exposition en propose pour tous les goûts. Ludique mais aussi informative, la rétrospective se veut être à l’image de son thème, divertissante mais non sans intelligence.

Les Demoiselles de Rochefort, My Fair Lady, Mary Poppins, 8 femmes, ou encore Un Américain à Paris, de nombreuses comédies musicales sont présentées à travers des extraits de chansons, du film et des écrans interactifs disséminés ça et là dans l’exposition.

Cette diversité si chère à l’exposition est ce qui en fait sa richesse et plus particulièrement son intérêt. Les films choisis sont éclectiques : la Belle et la Bête y côtoie La mélodie du bonheur et La La Land. Dans l’une des salles, un écran immense retranscrit de nombreuses scènes phares de comédies musicales, mais montre aussi les parallèles avec la pop culture, comme entre Smooth Criminal de Michael Jackson et les chorégraphies de Fred Astaire, ou encore entre le Rock’n’Roll d’Elvis et le fameux morceau Greased Lighting tiré de Grease. Face à ces extraits, il est difficile de retenir son déhanché et de ne pas se laisser aller à la danse ou au chant.

Un autre endroit de l’exposition est dédié aux comédies musicales à travers le monde : Japon, Russie, Chine ou encore Brésil. Cet espace permet d’élargir ses horizons mais aussi d’avoir un petit aperçu des comédies musicales moins traditionnelles et occidentales

On peut aussi découvrir les dessous des classiques avec quelques carnets de tournage, esquisses de costumes, ainsi que des artefacts comme par exemple la robe de soleil et la fameuse peau de bête du film Peau d’Âne. Peu d’objets de films sont exposés en dehors de ces derniers, ce qui est l’un des défauts de cette exposition à mon goût. J’aurais aimé pouvoir être un peu plus plongée dans l’univers des comédies musicales en voyant plus d’objets matériels, qui ne peut pas être communément vus, que des extraits de films que l’on peut retrouver à de nombreux endroits. Peut être cela est-ce fait dans le but de ne pas briser la magie autour de ces films ? Malgré ce défaut, je n’ai pas vraiment trouvé d’autres ombres au tableau, l’exposition a réussi à me transporter dans l’univers des comédies musicales pendant deux heures et j’ai trouvé ce moment agréable, chaleureux et plus que sympathique.

En résumé, l’exposition de la Philharmonie de Paris propose une rétrospective de l’univers des comédies musicales teintée de joie et de bonne humeur, à l’image du genre qu’elle met à l’affiche. Bien qu’à mes yeux l’exposition ne montre pas assez ses dessous, je suis ressortie enthousiaste grâce à l’énergie prodiguée par cet univers. Je vous conseille donc d’aller à la Philharmonie pour mettre un peu de couleur dans une journée hivernale morose, car pour paraphraser Mary Poppins « c’est le morceau de sucre qui aide la médecine à couler. »

Playlist comédies musicales


Image de couverture : © Philharmonie Extérieur détail © Beaucardet