On a sunny morning, between two shows and just behind the mainstage, we were lucky enough to meet the four members of The Hunna.

This rock band from England with Dan Dorney aka Bandana Dan at the guitar, Junate Angin and his bass, Ryan Potter aka (Valen)tino the singer and guitarist and Jack Metcalf the drummer made us enjoy their music before we even heard it! Let’s meet them!

© Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

How did you become The Hunna ?

Tino : « It all started about 7 years ago… in a building called a College.

On a cold morning back in 2008, a 15 years old Tino met a 15 years old BD, not to know what would become of their lives, but they joined their forces and created a superband. It was not called The Hunna but there lies history. From there, Jack was at the same college, just 5 years ahead, practicing his drum craft and later to become the drummer of The Hunna. Junate, 16 years old and as curly as ever,  friends with Dan since he was born. All were born in the same hospital (nom de l’hopital) and grew up together through their teenage years and then, five years ago decided : let’s be in a band together, let’s go rock the world! Let’s do it, we can do it, we can! And we bloody did! »

Can you describe your music in one word ?

Metcalf : « Fucking hell… hum GRUNGY »

Tino : « Sexual, because lots of our songs are about sex and sex is a big part of love and love is a big part of romance. Some of the songs like Still Got Blood or She’s Casual got that kind of aura. »

Jonate : « Euphoric »

BD : « Energetic »

You’re a rock band, but what does rock mean in 2018 ?

Tino : « I think it means what it meant for every generation. It’s like a circle, it’s coming back around, people need it. I think it’s one of the most natural outlet for people with happy vibes or sad vibes or just angry vibes. »

Jonate : « It’s an escape! »

Potter : « Yes definitely, and I think it means hum… stands for a lot of everyday life, what’s going on in the world and what you feel. Now more than ever. It’s coming back for sure. »

Metcalf : « Bring back Rock ‘n’ Roll! »

Potter : « Especially in England, I don’t know what radio plays here, but there it’s more and more rock’n’roll stuff, there’s definitely a demand for it. It’s been there, just under the surface, it comes out again and it always will. »

BD, Metcalf, Junate, Tino© Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

What are your influences?

Potter : « We have a lot of them! Like growing up lots of bands like Queen, AC/DC, then it was the grunge like Nirvana,the Beatles and the Stones as well. Then a lot of Hip Hop then a lot of kind of guitar like in Limp Bizkit and Red Hot Chili Peppers. Also a lot of Indie bands, some reggae, jazz… Altogether we listen to bloody everything. »

Do you know or listen to some French artists ?

Potter : « Is Christine and the Queens french? Yes! There you go! She is an artist that we’ve found recently and she’s awesome. I love that music, it’s very dancy, good vibes and I love when she sings in French as well.

A French voice is very romantic and it’s a sexual language. If I could wake up every morning and have a French girl singing to me… it’s a dream. »

English bands often think that it’s something to do to play in France. Are you proud to play in France then?

All together : « Very Proud! »

Potter : « It’s a lovely place. I mean we’re proud to play anywhere in the world because it has been our dream to travel the world and have people like our music as much as we do. So it’s a pleasure anywhere we go but France, from the beginning has been… »

Metcalf : « The classer ! Very classy »

BD : « Elegant »

Potter : « And France was actually the first place that we have ever played outside of the UK so it’s very close to our heart. It was in 2015, we’d just played our three first shows in London and then we drove the Eurotunnel to Paris and did the Pop-Up du Label. It was lovely. »

BD : « You’re different people. »

Our media represents the youth…

Potter : « You’re the future »

…so we’d like to know if you had some tips for young people who want to play music.

Potter : « If you believe in it, other people will believe in it. Don’t let people tell you you can’t do it even if you are at a very young age, you grow as a person and you understand more about yourself and  whatever you want to do. Don’t pressurize on something you don’t wanna do really with the heart. What other people can say or think can be critical, use it. Just never give up man, if you believe in it, everyone else will believe in it.

And yes, just dedication, ambition, have good people around you. We are four best friends, that’s a big part of what makes us work and what makes it easier. »

Metcalf : « Music lessons are cool. That helps a lot, if you have someone to give you tools and teach you a lot of different stuff and then find yourself within them. »

Junate : « Yes, have fun with it. »

BD : « Stay true to yourself, to your instinct. »

You’ll be performing in like an hour, do you have some rituals before going on stage?

All together : « Yes »

Junate : « A hand check, with all our hands in the middle. And we normally listen to some trap music, something to be pumped up already. »

Metcalf : « Also a lot of stretching and we begin to play on stage with our instruments (before the show), to get pumped, yes. »

We have one last question which has nothing to do with music, what do you think of the Brexit?

Potter : « We don’t really like it ; We were on tour in America when it happened so we didn’t really have a connexion with what was going on at home. But to be honest, who knows what is going to happen really? How it is going to affect us? »

BD : « We still feel the same. »

Potter : « We’re all in each other’s heart. »

Version française

Sous le méconnu soleil du Nord, entre deux concerts et au détour de la Mainstage, nous avons eu la chance de rencontrer les quatres membres de The Hunna. Avec Dan Dorney alias Bandana Dan (BD) à la guitare, Jonate Angin et sa basse, Ryan Potter alias (Valen)tino le chanteur/guitariste et Jack Metcalf le batteur, ce groupe de rock tout droit venu d’Angleterre nous a fait découvrir sa musique et apprécier leurs bonnes ondes avant même d’avoir profité de leur concert. A travers ces quelques questions, on vous laisse faire leur rencontre.

© Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

Comment êtes vous devenus The Hunna ?

Tino : « Tout a commencé il y a sept ans… dans un bâtiment appelé Université. En un froid matin de 2008, Valentino, 15 ans rencontra BD, 15 ans. Ils ne savaient pas ce qu’il adviendrait de leurs vies mais ils ont joint leurs forces et créé un super groupe. Ils ne s’appelaient pas The Hunna mais ça en est l’histoire. Jack était à la même fac, avec 5 années de plus, travaillant ses talents à la batterie pour devenir plus tard le batteur de The Hunna. Junate, 16 ans et plus frisé que jamais, était l’ami de Dan depuis sa naissance. Ils sont nés dans le même hôpital, ont traversé ensemble l’adolescence puis, il y a 5 ans ont décidé : « let’s go rock the world! Let’s do it, we can do  it, we can! » And we bloody did! (« et on l’a fait putain ! »?) »

Pouvez-vous décrire votre musique en un seul mot ?

Metcalf : « GRUNGY »

Tino : « Sexuelle, parce que beaucoup de nos chansons parlent de sexe et le sexe est une part importante de l’amour et l’amour est une part importante de la romance. Quelques chansons comme Still Got Blood (https://www.youtube.com/watch?v=52sm5tj_WQQ) ou She’s Casual (https://www.youtube.com/watch?v=-9CGKDoVzgE) ont cette aura. »

Jonate : « Euphorique »

BD : « Énergique »

Vous êtes un groupe de rock, mais qu’est ce que le rock en 2018 ?

Tino : « Je pense que c’est la même chose que ce que ça a été pour toutes les générations. C’est comme un cercle , ça revient toujours. Je pense que c’est l’un des exutoires les plus naturels pour les gens, avec des ondes positives, tristes ou juste pleine de colère. »

Junate : « C’est un moyen de fuir ! »

Tino : « Oui carrément et je pense que ça représente aussi beaucoup la vie de tous les jours, ce qui se passe dans le monde, ce qu’on ressent. Maintenant plus que jamais. Le rock revient. »

Metcalf : « Faites revenir le rock ! »

Tino : « Surtout en Angleterre, je ne sais pas ce qui passe à la radio ici, mais il y a de plus en plus de sons rock, il y a définitivement une demande. C’était là, à attendre sous la surface, c’est ressorti et ça continuera de le faire. »

de gauche à droite BD, Metcalf, Junate, Tino © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

Quelles sont vos influences ?

Tino : « On en a beaucoup ! Ado c’était beaucoup de groupes comme Queen ou AC/DC, après ça a été le grunge avec Nirvana mais aussi les Beatles et les Stones. Puis on a écouté beaucoup de hip hop, beaucoup de guitare comme Limp Bizkit et les Red Hot. Et aussi beaucoup d’indé, du reggae, du jazz… Dans l’absolu on écoute vraiment de tout ! »

Et est-ce que vous connaissez des artistes français ?

Tino : « Christine and the Queens est française ? Alors oui ! C’est une artiste que nous avons découvert récemment et elle est géniale ! J’adore sa musique, c’est très dansant, avec de bonnes ondes, et j’adore quand elle chante en français. Une voix française c’est très romantique, c’est une langue sexuelle. Si je pouvais me réveiller tous les matins avec une Française qui chanterait pour moi… c’est un rêve. »

Souvent, les groupes anglais trouvent ça important de jouer en France. Donc êtes vous fiers de jouer ici ?

Tous : « Très fiers ! »

Tino : « C’est un endroit charmant. On est fiers de jouer n’importe où dans le monde parce que c’est notre rêve de voyager autour du monde et de voir des gens aimer notre musique autant que nous. Donc c’est un plaisir partout, mais la France à toujours été… »

Metcalf : « La plus classe! Très classe »

BD : « Et élégante ! »

Tino : « La France était le premier endroit où on a joué  en dehors du Royaume-Uni, donc elle est chère à notre coeur. C’était en 2015, on venait juste de jouer nos trois premiers concerts à Londres, on a traversé le tunnel sous la Manche et arrivés à Paris on a fait le Pop-Up du Label. C’était agréable… »

BD : « Vous êtes différents. »

Notre média représente la jeunesse…

Tino : « Vous êtes le futur ! »

…Donc on aimerait savoir si vous aviez des conseils pour les jeunes qui veulent se lancer dans la musique.

Tino : « Si tu y crois, d’autre vont y croire. Ne laisse pas les gens te dire que tu ne peux pas le faire, même si tu es jeune, tu évolues en tant que personne, tu en apprends plus sur qui tu es et ce que tu veux. Ne te mets pas la pression pour quelque chose que tu ne veux pas du fond du coeur. Ce que les autres disent ou pensent peut être critique, utilise ça. N’abandonne jamais mon gars, si tu y crois, tout le monde finira par y croire.  Et puis, juste de l’ambition, du dévouement, avoir les bonnes personnes autour de toi. On est tous les quatre meilleurs amis, c’est en grande partie ce qui fait que ça marche et qui rend tout plus facile. »

Metcalf : « Les cours de musique c’est cool. Ca aide beaucoup si tu as quelqu’un pour te donner les outils et qui t’apprend plein de choses différentes. Après tu te retrouves parmis elles. »

Junate : « Oui amuse toi ! »

BD : « Reste fidèle à toi même, à ton instinct. »

Vous serez sur scène dans moins d’une heure, vous avez des rituels d’avant scène ?

Tous : « Oui ! »

Junate : « Un check avec toutes nos mains au milieu. Et puis normalement on écoute un peu de trap, quelque chose pour nous chauffer. »

Metcalf : « On fait aussi beaucoup d’étirements et on commence à jouer sur scène avec nos instruments (avant le début du concert), pour se chauffer oui. »

On a une dernière question, qui n’a rien à voir avec la musique, qu’est ce que vous pensez du Brexit ?

BD : « Ohhh c’est nul ! »

Tino : « On n’aime pas vraiment ça. On était en tournée aux Etats-Unis quand c’est arrivé donc on n’avait pas vraiment de connexion avec ce qui se passait à la maison. Mais pour être honnête, qui sait ce qui va vraiment se passer maintenant ? Comment ça va nous affecter ? »

BD : « On se sent toujours pareils. »

Tino : « On continue de tous se porter dans nos coeurs »

Le groupe vient de sortir leur nouvel album Dare, à retrouver sur YouTube :