Dimanche. Vous savez, cette journée douce, à la fois courte et interminable, si déprimante arrivé le soir, lorsque l’on se rend compte que le lendemain on recommence une semaine ? Bien sûr que vous voyez. Et bien au Main Square, le dimanche, c’est plutôt la montée en puissance d’un sentiment de liberté, porté par la musique. Votre taux de dopamine (hormone du bonheur), va crescendo au fur et à mesure que se déroule la journée et que les artistes montent sur scène, que vous sentez en vous l’excitation, la passion grandir. Cette ivresse (littérale ou non, chacun son envie) si addictive vous enveloppe, parce que tous les paramètres sont réunis pour que vous lâchiez prise et profitiez. Les vibrations des basses pénètrent votre corps depuis le sol pour une dernière fois ce weekend, vous faites des câlins à des inconnus (oui vous en faites, plein même), et vous aimez ça (oui oui), vous voyez vos artistes préférés suer devant vous (la chaleur du Nord, on vous avait pourtant prévenus), vous dansez, vous sautez, vous vous bousculez, vous hurlez, vous chantez. Bref, comme un dimanche de Main Square. Pour notre dernier jour, avec Laure, Nicolas et notre petite bande, on a vu défiler des artistes comme The Hunna, Loïc Nottet, Tom Walker, Portugal The Man, Justice et Orelsan… Alors comment vous dire qu’on n’a jamais autant aimé le dimanche. Photos et dessins à l’appui pour vous donner un aperçu de cette dernière journée.

On patiente ou on s’impatiente aux alentours de la Green Room, souvent une bière à la main pour se rafraîchir – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

La citadelle s’éveille en ce dernier jour – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

Vous ne retenez toujours pas le nom du groupe ? Cherchez bien, tout est dans les tatouages de Daniel, le guitariste. (…on est gentils on vous le dit : The Hunna) – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

Tino véritable pile électrique sur la scène de la Green Room – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

Le bassiste de The Hunna (Junate Angin) : « as curly as ever » – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

« Regarde ! On est prêts ! » Les festivaliers ne rigolent pas cette année. De vrais artistes – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

© Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

Loïc Nottet, véritable feu follet sur scène, nous offre un show digne d’une comédie musicale (danseurs inclus) – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

Puissance et douceur pendant le set de Tom Walker – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

© Nikow pour L’Alter Ego/APJ

 

© Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

La voix cristalline du chanteur de Portugal The Man ne se fera entendre que dans ses chansons. Pas d’interventions en dehors. Les interactions avec le public ? C’est le bassiste Zachary Carothers qui s’en charge – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

© Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ

 

© Nikow pour L’Alter Ego/APJ

 

La Citadelle respire, pulse, vit au rythme de la musique et des festivaliers, et ce weekend s’achève de manière basique, simple, mais sublime, où tout un chacun chante dans un moment de communion absolu. Chacun rentre au bercail. Les campeurs font la queue sur le chemin du retour qui les mène à leurs tentes. Ils passent le temps en entonnant des chants pour supporter les bleus qui venaient de se qualifier pour la demi finale de la coupe du monde…histoire de prolonger l’ambiance. Et la suite on la connaît. Champions du monde – © Agathe Lévêque pour L’Alter Ego/APJ