Après plus de 20 ans d’existence, le groupe Tryo était présent au festival City Trucks, qui se déroulait les 1, 2 et 3 septembre derniers à la Pommeraye, dans le Maine et Loire. L’Alter Ego était présent et a eu l’opportunité de rencontrer deux membres de leur groupe, Manu Eveno dit Manu ainsi que Daniel Bravo dit Danielito ou Ito. Mais Tryo, c’est avant tout quatre membres sur scène : Guizmo (de son vrai nom Cyrile Célestin), Christophe Mali, Manu Eveno et Daniel Bravo. Ils sont à l’origine de nombreux titres bien connus du public français, comme « L’hymne de nos campagnes » sorti en 1998 ou encore « Désolé pour hier soir » enregistré en 2003.

© Elise Gilles & Anaïs Soret
TrYo – © Elise Gilles & Anaïs Soret pour l’alter ego/APJ

Qu’est-ce qui vous a attirés dans ce festival ? Qu’est-ce qui vous a donné envie de venir jouer au City Trucks ?

Daniel (en riant) : « L’argent évidemment ! »
Manu : « Je ne le connaissais pas, je le découvre, je ne peux pas en dire plus, je n’ai pas encore fait le tour. »
Daniel : « Je sais que c’est un festival autour des camions, mais je n’ai pas encore vu le site. Nous, on nous fait une proposition pour venir jouer et ensuite on découvre, c’est très agréable. En 22 ans de carrière, on découvre encore beaucoup de festivals, c’est incroyable. Ils sont nombreux à s’être créés ces dernières années et cela fait une belle richesse. »

Daniel Bravo - © ELISE GILLES & ANAÏS SORET POUR L'ALTER EGO/APJ
Daniel Bravo – © ELISE GILLES & ANAÏS SORET POUR L’ALTER EGO/APJ

Quel est donc le festival que vous avez préféré ?

Daniel : « Le «  Paleo festival » »
Manu : « En Suisse. »
Daniel : « Il y en a plein d’autres que j’ai adoré, mais en terme de festival où tout était très bien pensé, où tout était irréprochable, où l’on pouvait même manger dans les toilettes publiques car tout était impeccable et la programmation vraiment bien, cela reste le « Paleo festival ». »

© Elise Gilles & Anaïs Soret pour L'Alter Ego/APJ
Manu Eveno – © Elise Gilles & Anaïs Soret pour L’Alter Ego/APJ

Vos musiques sont très appréciées par les jeunes, pourquoi pensez-vous qu’elles leur plaisent ?

Daniel : « On ne s’est jamais posé la question. Quand Christophe et Guizmo écrivent une chanson, ils ne se demandent pas ce qui va plaire et à qui ça va plaire, ni même si cela va s’adresser plus aux jeunes. On fait simplement attention de ne pas dire n’importe quoi, mais on ne sait pas ce qui plaît. »
Manu : « On a le souci que ce soit compréhensible par tous, quelque soient les références culturelles ou l’âge. On veut quelque chose qui soit universel et non pas exclusif, ni sectaire. Notre désir est que tout le monde puisse voir où l’on veut en venir, il n’y a pas de message codé. Il se peut que par des formules poétiques, on parle de deux choses à la fois mais ça s’arrête là. »

Être jeune, c’est essayer de laisser de la place à ce qu’il y a de nouveau, afin de pouvoir encore s’enrichir

TrYo

Et pour vous c’est quoi être jeune ?

Manu : « Alors pour des vieux comme nous, être jeune, c’est s’accrocher à la branche et ne pas tomber (rires) »

Vous ne vous considérez plus comme jeune ?

Daniel : « J’ai un vrai problème, je suis père de famille mais j’ai toujours 17 ans dans ma tête. Je pense que la jeunesse c’est avant tout une question d’esprit, de la manière dont on aborde la vie, le quotidien. J’ai rencontré des personnes, quand j’avais votre âge, mais qui étaient déjà très vieilles dans leur tête. Mais je connais également des personnes de mon âge, qui sont des éternels adolescents et des irresponsables complets. Pour moi ce n’est pas une question de nombre d’années, mais plutôt comme je le disais, d’attitude que l’on a lorsque que l’on se confronte aux autres. »

Manu : « Ce que tu dis m’évoque Christian Marty, un philosophe indien. Il dit que tous autant que nous sommes, nous avons un esprit chargé d’images, de concepts, de références culturelles qui l’emprisonnent, de telle façon que lorsque l’on aborde une nouvelle personne ou quoique ce soit, on l’aborde déjà d’une façon étriquée, car on la met (cette personne) dans une case afin de nous rassurer. L’idée, pour garder un esprit jeune, vif, pur, c’est d’essayer de se libérer de ça : quand on découvre une nouvelle chose, de taire son esprit, de laisser de la place pour accueillir ce qu’il y a de nouveau. Pour moi c’est ça être jeune, c’est essayer de laisser de la place à ce qu’il y a de nouveau, afin de pouvoir encore s’enrichir et avoir la notion de ce qu’est apprendre. Je pense que celui qui est vieux, est celui qui n’apprend plus, qui estime qu’il n’a plus grand-chose à apprendre. »

Daniel : « Il ne faut pas arrêter de s’émerveiller. J’ai une fille de 5 ans, c’est incroyable, elle s’émerveille de tout ! Je pense que c’est ce qu’il faut garder, cette capacité de pouvoir s’émerveiller de petites choses simples. »

Christian Mali - © Elise Gilles & Anaïs Soret pour L'Alter Ego/APJ
Christian Mali – © Elise Gilles & Anaïs Soret pour L’Alter Ego/APJ

Vous ne pensez pas que la musique vous permet dans un sens de rester jeune ?

Manu : « La musique c’est un des arts les plus merveilleux pour ça, c’est fulgurant, c’est immédiat. On peut improviser un bout de musique avec notre guitare, notre voix et émerveiller quelqu’un en face et son regard émerveillé va ensuite nous émerveiller. C’est magique l’improvisation. Même si tu as écrit un spectacle avec des morceaux, la façon dont ça va se faire sur scène va être différente de la veille, car tu as un public différent, des réactions différentes, une météo différente, pleins de choses qui font que, à chaque fois c’est unique. On n’a pas conscience, mais on improvise tout le temps par exemple là, cette conversation est improvisée. Certes vous avez préparé vos questions, mais la façon dont ça se passe, dont ça s’agence, est improvisée. L’improvisation c’est la vie, il peut se passer plein de choses si l’on est attentif, si l’on ouvre les yeux. »
Daniel : « Ceci dit, vivre depuis 22 ans de la musique, de notre passion, contribue à notre bonheur, à notre épanouissement, quelque part à rester un peu plus jeune dans notre tête et peut-être un peu moins aigri. On a la chance d’être ouverts et d’avoir une vie qui nous a facilité ce regard-là, on aurait pu avoir une vie de merde et aujourd’hui on serait beaucoup plus obscurantiste, malgré le capital que l’on a au départ. »
Manu : « On est pas à l’abri de cela, on est friable. »

Guizmo - © Elise Gilles & Anaïs Soret pour L'Alter Ego/APJ
Guizmo – © Elise Gilles & Anaïs Soret pour L’Alter Ego/APJ

Parmi tous les titres que vous avez créés lequel auriez-vous le plus écouté durant votre jeunesse ?

Manu : « Je dirais ma chanson préféré en terme d’écriture, un morceau de Guizmo qui s’appelle  » le temps  » C’est du contemplatif et en même temps c’est philosophique, c’est beau. Je trouve que c’est la plus belle chanson de Guizmo. Elle me touche beaucoup, pour moi chaque mot est à sa place, il y a un fil conducteur qui se tient du début à la fin »
Daniel : « Je pense que je n’aurais pas écouté, je préfère le rock. Mais il paraît que je suis un peu égocentrique dans la vie, donc je dirais  »El dulce de leche » écrite par Christophe, mais du coup je ne l’aurais pas écoutée puisqu’elle est inspirée de mon histoire ! »

Comment s’est passé votre tournée Tryo à quatre ?

Daniel : « À l’origine, on était avec un DJ sur scène et un bassiste de talent, on faisait les zéniths. Ensuite on est reparti en Allemagne tous les quatre, dans de tout petits clubs comme au départ.  Être tous les quatre nous a permis d’avoir une énergie, laissant justement plus de place à l’improvisation. On se connaît très bien, il suffit donc d’un regard. On a passé peut-être 1 semaine ou 10 jours en Allemagne et on s’est rappelé à quel point c’est bon d’être ensemble. On a une connaissance mutuelle et une capacité à partir dans tout et n’importe quoi très rapidement. On a continué la tournée à quatre, en virant les musiciens. Ensuite, on a rebondi sur cet album, on s’est dit qu’il serait bon de revenir un petit peu au son d’origine, mais avec plus d’expérience. On voulait que nos musiques soient plus épurées, où les voix, les cœurs et les harmonies vocales seraient à l’honneur. »

Tryö - © Elise Gilles & Anaïs Soret pour L'Alter Ego/APJ
Tryo – © Elise Gilles & Anaïs Soret pour L’Alter Ego/APJ

Vos moments favoris de cette tournée étaient donc les moments où vous étiez tous les quatre ?

Daniel : « Oui ! En quelque sorte, cela nous a ramené 20 ans en arrière, c’était super. »
Manu : « Il y a eu pleins de belles choses, de beaux endroits dans lesquels on a joué, des petits théâtres… »
Daniel : « Mais on a aussi eu de bons moments avec les musiciens avec lesquels on a joué comme Benjamin. »
Manu : « Il y avait une bonne énergie, on emmenait des morceaux avec nous, il y avait un peu d’électro, du rock. »
Daniel : « Le plaisir est vraiment dans la variété. »
Manu : « Mais ce retour à quatre change la perception de la musique, la manière dont on peut la moduler, l’étirer d’un côté ou d’un autre, tout ça est très malléable. Il y a toujours un socle qui est solide mais on peut manier les branches comme on le souhaite. »

Manu et Daniel ont été d’une gentillesse et d’une sympathie très appréciables et nous avons été ravies de les rencontrer. Nous espérons qu’ils ont passé un excellent moment au festival City Trucks avec les autres membres du groupe et qu’ils n’hésiteront pas à revenir si l’occasion se présente.

image de couverture : © christian mali