Ainsi s’achève notre série « Les carnets du festival » avec une interview improbable dans un lieu improbable : la queue des toilettes de Cabourg, Mon Amour, est une pépite de rencontres. Juste devant nous, Marion Seclin, youtubeuse, comédienne au Studio Bagel et au magazine madmoizelle.com, attend son tour. L’occasion pour nous de discuter festival et toilettes. 

© Lise Escaut pour l'alter ego/APJ
© Lise Escaut pour l’alter ego/APJ

Pourquoi être venue ?

« C’est la première fois que je viens ici. Je suis venue parce que j’ai des amis qui m’ont dit que c’était bien. J’avais envie de faire un festival plus intime depuis quelques mois, avant que je fasse tous les festivals de France et de Navarre. Je vais revoir des artistes que j’ai déjà vu. »

Quels artistes aimerais-tu bien voir ?

« Il y a Paradis et Parcels que j’aimerais bien voir, et Jacques que j’aimerais bien revoir. Je n’ai pas d’autres noms en tête. »

Un ami l’accompagnant lui souffle : 

Agar Agar

« C’est vrai, il y a aussi Agar Agar ! Heureusement que j’ai toujours un ami dans la poche. »

T’attendais-tu à ce cadre là, les pieds dans le sable ?

« Oui et non, il y a plein de questions que je ne m’étais pas posées avant de venir et notamment celle de comment ça allait se passer, et c’est beaucoup plus loin de l’endroit où je loge que ce que j’imaginais. Ce sont des questions qu’il faut se poser. Mais c’est vraiment cool que ça soit sur la plage. On a l’air super idiots dans le sable devant la scène à essayer de danser. »

Cabourg, Mon Amour © Lise Escaut Pour l'alter ego/APJ
Cabourg, Mon Amour © Lise Escaut Pour l’alter ego/APJ

Quelle est la plus grosse galère que tu aies eu en festival ?

« Je pense qu’uriner reste systématiquement la plus grosse galère de festivals, où que ce soit, tous festivals confondus. Aller aux toilettes, à savoir même dans l’espace presse, c’est s’attendre à des queues énormes. La seule galère, c’est d’avoir envie de faire pipi. Et j’ai une malédiction : dès que je pose le pied dans un festival, j’ai envie de faire pipi, c’est gênant. »

Quel est ton meilleur souvenir ?

« Mon meilleur souvenir, c’était à Calvi où j’ai eu la chance de pouvoir faire des interviews et d’aller sur des bateaux juste parce que j’allais interviewer des gens. C’était un de mes meilleurs souvenirs. C’était cette année, je n’en avais pas fait avant ! Et le fait qu’il fasse super beau et qu’il y ait une scénographie similaire à ici, c’était hyper sympa. »

image de couverture : © lise escaut pour l’alter ego/APJ