Annoncé dès le 28 juillet sur Twitter, puis distribué dans toute la France depuis début août, le cahier de vacances du parti d’Emmanuel Macron symbolise les nouvelles formes de communication voulues par le Président. Cependant, cette initiative suscite, à raison, de nombreuses moqueries…   

© en-marche.fr
© en-marche.fr

Un petit cahier bleu d’une vingtaine de pages, disponible sur le site internet et distribué par des militants du mouvement sur les marchés, dans la rue ou simplement dans votre boîte aux lettres : voici le « cahier d’été » de La République En Marche (LREM). Une opération de communication qui aurait pu se révéler efficace si les premières mesures prises par l’exécutif avaient été explicitées. Alors qu’Emmanuel Macron traverse la première mauvaise passe de son mandat, marquée notamment par de nombreux cafouillages sur la fiscalité, une clarification aurait été la bienvenue. Au sortir d’un quinquennat auquel les Français ont si souvent reproché son manque de pédagogie, l’idée sur le papier semblait bonne, la réalisation l’est beaucoup moins…

© Stephane Grangier/Corbis/Getty Images
© Stephane Grangier/Corbis/Getty Images

 

Pourquoi un cahier d’été ? Parce que c’est l’été. (…) Parce que c’est votre projet

 

Dès la couverture, une mention sonne faux pour un livret réalisé par un parti politique (même si La République En Marche prétend ne pas en être un, elle y ressemble de plus en plus) : « poster à colorier à l’intérieur ». La suite confirme les premières craintes. Le carnet oscille entre pages très sérieuses avec l’interview de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, des chiffres sur l’accord de Paris, les « regards de chercheurs américains » ayant répondu à l’invitation #MakeOurPlanetGreatAgain, et pages « ludiques » avec un questionnaire digne de Closer et de Public sur « Quel engagé êtes-vous ? », des conseils culturels de députés et adhérents ou encore un jeu sur les expressions fétiches du Président : « Parlez-vous Macron ? ». L’initiative est, elle, précisée dans l’éditorial qui ouvre le cahier : « Pourquoi un cahier d’été ? Parce que c’est l’été. (…) Parce que c’est votre projet  ». Même si les concepteurs assument son côté « décalé », nous avons connu rhétorique politique beaucoup plus convaincante de la part du parti de M. Macron.

© en-marche.fr
© en-marche.fr

Une nouvelle communication qui met mal à l’aise

Force est de constater que le livret de La République En Marche s’inscrit dans une démarche plus globale de changement de la communication politique, marquée notamment par la volonté du mouvement présidentiel de créer « son propre média » afin d’éviter les couacs des précédents quinquennats de MM. Sarkozy et Hollande. Rappelons les 94 millions de vaccins contre la grippe A… Cependant, dans ce cas, le mélange entre quelques explications politiques et activités estivales ne prend pas et laisse le lecteur parfois très mal à l’aise face au culte de la personnalité du parti pour son fondateur, dont les expressions ornent de nombreuses pages (« Poudre de perlimpinpin », « Et en même temps »). Jupiter n’est pas redescendu de son piédestal…

De même, ce ton décalé s’oppose aux premières décisions lourdes de conséquences de l’exécutif, comme les coupes dans les dépenses publiques, dont la très controversée baisse des APL (Aides personnalisées au logement). Les premiers détournements sur les réseaux sociaux ne se sont d’ailleurs pas fait attendre, qualifiant le livret de « degré zéro de la politique » ou caricaturant Emmanuel Macron, torse-nu sur une plage.

Toutefois, ces tentatives ne sont pas l’unique apanage de La République En Marche. Heureusement pour lui, le mouvement macroniste n’atteint pas le niveau des jeunes de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire), qui, animés de la même volonté de casser les codes de la communication politique, avaient réalisé un « Lip dub » dont certains cadres aimeraient ne pas se souvenir…

image de couverture : © en-marche.fr