Le Manoir est le premier véritable film dans lequel jouent des comédiens issus de YouTube. Cette comédie horrifique réussie les crédibilise et pourrait bien servir de jurisprudence pour les tentatives futures de leurs homologues. Explications.

Mister V, Natoo, Kemar… si vous avez moins de 25 ans, il y a de fortes chances que ces noms vous soient familiers. En maniant l’humour sous toutes ses formes sur la plateforme de partage de vidéos YouTube, ils sont devenus de véritables stars et ont fait de leur passion leur métier. Toutefois, à part quelques exceptions comme Norman dans « Pas très normales activités », peu sont les Youtubeurs à avoir franchi le pas du grand écran. Avec Le Manoir, une dizaine de comédiens issus de la filiale de Google se lancent dans le cinéma.

Éviter de faire une succession de sketchs

Il y a trois ans, Marc Jarousseau (alias Kemar) débute l’écriture d’une comédie qu’il souhaite porter au cinéma. Il s’entoure alors de trois autres scénaristes expérimentés (Dominique Gauriaud, Bernardo Barilli et Jurij Prette) et élabore ce qui deviendra Le Manoir. Très vite, il décide de confier la majorité des rôles à des comédiens du web. Au casting, on retrouve notamment Ludovik, Jérôme Niel ou Vincent Tirel. Mais dès lors, une difficulté survient : comment faire du cinéma et non pas une succession de sketch – comme l’est Bad Buzz, sorti le même jour ? Pour ça, l’équipe décide de faire appel à Tony Datis (1), qui réalise là son premier film. Cette décision est forte car les Youtubeurs ont pour habitude d’être autodidactes et de s’occuper de tout, de l’écriture à la post-production.

À la vision du rendu final, fort est de constater que ce choix fut le bon. Dès les premières minutes, le ton est donné. Lorsque le groupe d’amis arrive au manoir, Datis met en place un long plan séquence où la caméra passe d’un rail de traveling à un steadycam avant de finir sur une grue comme le note InThePanda dans sa critique (voir-ci-dessous). Par ce plan complexe, il tient à démontrer l’ambition du film dans ses intentions. Ambition qui se retrouve également dans le gros travail mené sur l’image : mise au point, composition de l’image et ambiances lumineuses sont travaillées. Mais surtout, Tony Datis soigne la mise en scène, qui est remarquable pour une comédie.

Les Youtubeurs sont souvent des comédiens à l’origine

Mais un film ne repose pas uniquement sur son image. Le scénario, sans être exceptionnel, est largement suffisant pour passer 100 bonnes minutes. Même s’il y a quelques longueurs dans le deuxième tiers, il sait alterner humour et horreur. De plus, le final est réussi. Le Manoir évite l’écueil du « film de potes » et se pose comme une des meilleures comédies de l’année en cours. Tout simplement car le film est sans prétention, ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas d’ambition. Le jeu d’acteur est globalement bon. Si Marc Jarousseau et Nathalie Odzierejko (Natoo) s’effacent, Vincent Tirel crève assurément l’écran. À chaque fois qu’il participe à une scène, les autres passent au second plan. Il serait intéressant de voir ce qu’il donne dans des films aux tons moins légers. Bonne surprise également de Lila Lacombe, qui ne surjoue pas. Au contraire de Vanessa Guide, aussi insupportable que son personnage dont elle ne peut s’empêcher de forcer le trait sans provoquer le moindre rire.

Je fais partie de cette nouvelle génération qu’on appelle les Youtubeurs, même si moi, je préfère me considérer comme un comédien. 

Jhon Rachid, décembre 2013

Avec ce film, la bande de Youtubeurs rappelle aussi et surtout que ses membres sont à l’origine des comédiens, qui utilisent la plateforme américaine pour se faire connaître plus facilement. Si l’exemple de Vincent Tirel est criant, Ludovik ou Jérôme Niel n’ont rien à envier à de nombreux acteurs de comédies françaises. S’il est encore difficile pour le spectateur de différencier le Youtubeur du comédien, rappelons que ce fut également le cas pour les téléspectateurs de la série Baron Noir avec Kad Merad. Or, à l’issue de la première saison, difficile d’imaginer que Merad est avant tout un humoriste tant sa performance dans un rôle complexe fut surprenante. Les comédiens de ce film doivent espérer un scénario similaire.

Un film pionnier

Le Manoir s’est heurté à de nombreuses difficultés. Sa sortie en salle, le 21 juin, l’a opposé à de grosses pointures telles qu’Ava, Baywatch ou BadBuzz, à qui il a été à tort beaucoup comparé. Aussi, à cette date, les lycéens n’avaient pas fini de passer le Bac et les 3èmes révisaient le Brevet. De plus, Gaumont n’a pas programmé son film dans tous ses cinémas, contrairement à ses habitudes. Malgré tout, le film a passé le cap des 200 000 entrées, un score honorable au vue de ces obstacles et bien supérieur à BadBuzz (à peine 50 000 entrées). Si le film s’adresse surtout aux 15-25 ans, il restera comme une bonne base pour le futur des Youtubeurs au cinéma. Avec ce film, ces derniers ont prouvé qu’ils méritaient leur place dans les salles obscures.

Le Manoir, un film de Tony Datis, au cinéma depuis le 21 juin.

(1) Réalisateur de courts métrages et de clips musicaux dont notamment Wide Awake de Katy Perry, Sur ma route et Madame Pavoschko de Black M ou Meskine de Soprano et RedK.

image de couverture : affiche du film / allociné