Titre provocateur, assurément. Mais avant d’accuser cet article de tous les maux, chacun doit faire l’effort sur ces prochaines lignes d’abandonner sa matrice de réflexion classique. Par matrice j’entends ce groupement d’idées interconnectées qui explique mécaniquement que le Front National n’est pas un parti comme tous les autres parce qu’il a été construit sur une base raciste et que par conséquent un électeur FN est soit un ignorant soit une brute xénophobe. Laissons tomber ce discours classique, que je ne renie pas dans son entièreté, pour adopter un point de vue cynique.

Photo by Nicolas Kovarik/Pacific Press/LightRocket via Getty Images
© Nicolas Kovarik/Pacific Press/LightRocket / Getty Images

Un parti d’opposition

Le Front National s’est construit dans l’opposition. Une démocratie doit s‘appuyer sur l’opposition pour éviter les abus. Or, par idéologie et stratégie électorale, le Front National est considéré comme un déchet par les détenteurs du pouvoir. Il est toléré comme un garde-fou, en quelque sorte on le laisse vivre pour que les racistes continuent de voter, mais on lui refuse le pouvoir. Lorsque tous refusent le pouvoir à un, c’est une attaque contre la démocratie qui comme le rappel Churchill est avant tout un régime qui doit protéger les minorités. Pour des considérations idéologiques issues de la Seconde Guerre mondiale, le FN est marginalisé. Il est marginalisé d’abord par lui-même, après tout le FN se doit d’être extrême  pour exister, mais il est aussi pointé du doigt par les autres. Et peu à peu les éléments de langage se métamorphosent, et les autres deviennent le « Système ». C’est alors que tous les autres demandent au FN d’un air stupéfait, « mais de quel système  parlez-vous, le système est pourtant un mythe ? ». D’un point de vue du non partisan du FN cela semble non seulement logique mais une aussi d’une rationalité incritiquable. Il n’existe pas d’organe global visant à la répression de l’idéologie nationaliste. Pourtant, lorsque l’on vote FN, on a souvent honte, quand on nous demande on dit qu’on ne sait pas trop, qu’on hésite. La pression médiatique et citoyenne existe, parce que ceux qui parlent le plus fort ce sont ceux qui insultent l’électorat FN. C’est ça le système, rien d’autre que la matérialisation en un terme d’une matrice de pensée qui est la norme. Lorsque l’on est une minorité, on est souvent oppressé. Ça risque d’être choquant pour certains, mais l’électorat FN est oppressé.

« Les électeurs du FN sont cons » 

La réponse habituelle à cette position est de dire qu’évidement cela est faux puisque l’électorat FN est très majoritairement un vote de blanc. Qu’au contraire les vraies minorités oppressées ne votent pas ou peu. Cela est tout aussi vrai, les minorités ethniques subissent une discrimination terrible, une discrimination dans tous les domaines (logement, étude, travail, loisir,..). Pour autant, il ne faut pas négliger l’oppression sur l’électorat FN. La grande différence c’est que l’oppression de l’électorat FN répond à une idéologie à laquelle la République ne peut pas adhérer. En quelque sorte la répression est justifiée. Or, dans une démocratie on ne justifie jamais la répression, c’est d’ailleurs pour ça que c’est un fonctionnement si fragile. La démocratie porte en elle les graines de sa propre destruction.Tout ce cheminement est une réponse au discours d’une connaissance. Je cite,

Lorsque l’on a été à l’école, que l’on connaît la culture et l’histoire de la France et qu’on vote FN, on est con. Tous les électeurs FN sont des cons. 

Je crois que c’est ce discours de rejet qui a provoqué la montée du FN, cette oppression qui classifie ceux qui ne partage pas la même matrice idéologique comme des cons racistes. Comme si c’était un automatisme, une équation. Si tu votes FN alors tu es un con, CQFD. Là où je veux en venir c’est que cette oppression est  portée par les voix médiatiques et politique classiques mais elle est contournée pas d’autres voix, celles dans l’urne. Pourquoi avoir donné comme titre d’article, le Front National, un symbole de la démocratie ? Pour montrer que le pouvoir démocratique profond c’est celui de savoir renverser les oppresseurs par les urnes, et c’est ce que fait le FN. Peu à peu il remet en question des fondements qu’on croyait inébranlable, parce qu’on nous a dit qu’il faut les penser intangibles. Au lieu de se demander comment des millions de gens ont pu adhérer à une matrice différente, nous avons dit qu’ils étaient des cons. Or, les idées se défendent et se défont par d’autres idées et non par le rejet. Quelque part ce que « les autres » reprochent au FN (fermeture d’esprit, stigmatisation d’une partie de la population) l’ont reproduit. Qui est donc légitime pour dire que sa façon de fonctionner est la bonne ? Existe-t-il vraiment des idées universelles ? Si tel est le cas pourquoi n’arrive-t-on pas à convaincre qu’elles le sont ? Souvent la seule réponse du système est : « C’est parce que ce sont des cons. ». En démocratie, ça ne suffit pas.

Le FN n’est pas la démocratie

Si vous avez continué l’article jusque-là, alors vous avez le droit de ré-adopter votre matrice idéologique habituelle et de crier à l’hérésie sur cet article. Ne partageant aucunement l’idéologie du Front National, je ne peux m’empêcher de croire que peut-être les idées humanistes ne sont pas universelles dans l’absolu bien que personnellement je crois qu’elles devraient être appliquées partout. Cependant, le Front National pose un gros problème dans le raisonnement que j’ai tenu jusqu’ici. Les oppressés du « système » militent pour la reconnaissance d’une base idéologique fondée sur l’oppression de l’étranger. Un peu comme l’esclave qui veut devenir esclavagiste. Et c’est en ça que philosophiquement la matrice idéologique du FN doit être combattue, lorsque l’on prône la violence –physique, psychologique ou symbolique – on ne peut pas faire partie de la démocratie.

Cet article ne vise pas à réhabiliter le FN, loin de là. Il vise à démontrer que oui, il est possible que l’idéologie dominante ne soit pas acceptée par tous, surtout lorsque celle-ci oppresse une partie la population. Cela ne fait pas des dissidents des ignares. Le Front National projette la destruction d’une base idéologique respectant les droits fondamentaux, c’est un pas en direction d’un virage réactionnaire terrible, qu’il faut dénoncer autant qu’on le peut. Mais si un jour, une autre matrice d’idées -remettant en cause la nôtre – doit (ré)apparaître, il est important de lui répondre par des idées et non des insultes.

IMAGE de COUVERTURE : © liewig christian/Corbis / Getty Images