Bien que je sois mort en 1970, je suscite encore beaucoup de passions. En effet, moi, l’homme de l’appel du 18 juin, l’homme incarnant la France résistante, il semblerait pourtant que je ne puisse reposer en paix, particulièrement en ces temps de campagnes. Je ne cesse d’entendre mon nom.

Commençons par Monsieur Fillon, en effet, durant les primaires de la droite républicaine, vous vous êtes exclamé : « Qui aurait imaginé le général De Gaulle mis en examen ? », taclant ainsi votre adversaire Monsieur Sarkozy. Très belle image, très percutante ! Hélas Monsieur Fillon, il semblerait que cette belle phrase de campagne se soit vite retournée contre vous du fait de votre propre mise en examen. Pour quelqu’un qui se revendiquait gaulliste, c’est bien dommage. Vous voilà donc la première victime de cette folle campagne.

Passons à Monsieur Macron, j’apprécie votre intérêt pour ma personne. Cependant j’ai une requête, il faut choisir entre Pierre Mendès France et moi. Je ne peux être associé à ce brave homme qui a tout de même voté contre mon investiture en 1958. Un peu de cohérence voyons.

Debout la France, c’est votre tour. Monsieur Dupont Aignan, vous vous réclamez gaulliste depuis des années, pourquoi pas ?… Mais croyez vous un seul instant que moi, le général de Gaulle, résistant de la première heure, je me serais allié avec l’extrême droite ? Comment ? Quel affront me faites vous ! Cette campagne m’épuise, s’il vous plaît, laissez moi en paix.

Je croyais avoir tout entendu durant cette campagne. Mais c’est vous, madame Le Pen qui avez surpassé tous vos opposants. Durant le débat du second tour, mes oreilles ont sifflé : mon nom sortant de votre bouche. Cette même bouche qui, quelques jours plus tôt, niait la triste responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’hiv. Vous qui n’avez pas hésité à laisser votre parti entre les mains d’un négationniste, de grâce n’associez plus mon nom à votre personne.

Enfin, s’il y a bien une chose dont on ne peut douter, c’est que je serais allé voter dimanche.

Image de couverture : © Serge De Sazo/Gamma-Rapho / Getty Images